Contact theSOPAbout theSOPSupport theSOPWritersEditorsManaging Editors
theSOP logo
Published:May 29th, 2007 10:17 EST
La plupart des musulmans vivant aux É.-U. ont des vues politiques modérées

La plupart des musulmans vivant aux É.-U. ont des vues politiques modérées

By SOP newswire

Washington - Selon un sondage réalisé dans l'ensemble du pays par un organisme de recherche indépendant, le Pew Research Center, et publié le 22 mai, les musulmans vivant aux États-Unis tendent à être satisfaits de leurs conditions de vie et modérés dans leurs opinions politiques.

Les musulmans américains sont généralement intégrés à la société, et leurs niveaux de revenu et d'éducation reflètent ceux de l'ensemble de la population américaine. Le sondage a en outre révélé que près de la moitié des musulmans des États-Unis avaient fait des études universitaires, un taux comparable à celui de l'ensemble de la population.

« Ce qui ressort de ce sondage, c'est le grand succès de la population musulmane des États-Unis au niveau de son assimilation socio-économique », a affirmé Amaney Jamal, professeur adjoint de politique à l'université Princeton, dans un rapport sur le sondage, pour lequel il a été conseiller principal.

Le sondage a en outre révélé que les musulmans vivant aux États-Unis constituaient une population diversifiée, composée essentiellement d'immigrés de pays arabes et d'Asie du Sud. « Mais leurs vues, leurs valeurs et leurs attitudes sont foncièrement américaines. » Toutefois, 35 % des musulmans sont nés aux États-Unis, et des musulmans s'installent en Amérique du Nord depuis le XVIIe siècle.

Les interviews pour le sondage ont été réalisées en anglais, en arabe, en persan et en ourdou.

La plupart des musulmans qui vivent aux États-Unis affirment ne pas percevoir de conflit entre la pratique de leur religion et la vie dans une société moderne, et ils sont d'avis que le travail est récompensé en Amérique. Les institutions financières qui servent le marché musulman aux États-Unis consultent souvent des spécialistes de l'islam afin de concevoir des produits financiers, par exemple des hypothèques, acceptables au regard de la loi islamique (charia), qui interdit la facturation et le versement d'intérêts.

Le sondage a également révélé que les musulmans qui vivent aux États-Unis rejetaient l'extrémisme islamiste en plus grand nombre que les minorités musulmanes des pays d'Europe de l'Ouest. Si de nombreux Américains musulmans se sentent plus surveillés que d'autres Américains depuis les attaques terroristes du 11 septembre 2001, ils n'en ont pas moins une idée essentiellement positive de la société américaine et des communautés dans lesquelles ils vivent. Plus des trois quarts des musulmans nés à l'étranger qualifient la communauté dans laquelle ils vivent d'« excellente » ou de « bonne ».

La plupart des musulmans des États-Unis, hommes et femmes confondus, considèrent que la vie des femmes est meilleure aux États-Unis que dans de nombreux pays musulmans. Aucune loi, aux États-Unis, n'interdisant le port de vêtements religieux, les musulmanes y sont libres de porter le voile si elles le souhaitent.

Le Bureau du recensement des États-Unis ne fournit aucune donnée sur les groupes définis par la religion, parce que la loi interdit aux agences fédérales de poser des questions obligatoires sur l'affiliation religieuse, conformément aux garanties constitutionnelles de liberté de religion. Cependant, des sondages téléphoniques réalisés au hasard par le service d'identification religieuse du Bureau du recensement, dans lesquels des adultes étaient invités à déclarer leur identification religieuse s'ils le désiraient, a révélé que le nombre de musulmans aux États-Unis avait plus que doublé entre 1990 et 2001. Les estimations sur le nombre de musulmans aux États-Unis vont de 2,35 millions selon le Pew Research Center à 8,6 millions selon le Pluralisme Project de l'université Harvard.

Les experts s'accordent de toute façon à dire que l'islam est aujourd'hui la religion qui progresse le plus rapidement aux États-Unis.

Par Jeffrey Thomas
Rédacteur de l'USINFO