Contact theSOPAbout theSOPSupport theSOPWritersEditorsManaging Editors
theSOP logo
Published:June 29th, 2007 09:01 EST
Mme Rice juge essentielle l'influence de la Chine sur Khartoum pour la paix au Darfour

Mme Rice juge essentielle l'influence de la Chine sur Khartoum pour la paix au Darfour

By SOP newswire

Washington - L'influence de la Chine sur l'Afrique dans le domaine économique s'est accrue au cours des années et devrait lui permettre de contribuer à mettre fin au génocide au Darfour, a déclaré la secrétaire d'État, Mme Condoleezza Rice, lors d'une interview qu'elle a accordée la chaîne de télévision française TF1 le 25 juin à Paris.

La communauté internationale ne peut pas continuer « d'abandonner à leur triste sort des populations innocentes », a-t-elle au sujet des victimes des actes de violence commis par les milices djandjawids, qui dévastent avec le soutien du gouvernement cette région située dans l'ouest du Soudan et qui ont déjà causé la mort de plus de 200.000 personnes et le déplacement de 2 millions d'autres depuis 2003.

La secrétaire d'État s'était rendue à Paris pour assister le 26 juin à une réunion sur le Darfour à laquelle étaient représentés dix-huit pays, dont les États-Unis, la Chine et la Russie, ainsi que plusieurs organisations internationales, notamment l'ONU.

Durant son interview, elle a fait remarquer que la Chine avait des relations spéciales avec le gouvernement soudanais et qu'elle avait récemment commencé à se prononcer sur la nécessité, pour le Soudan, de s'acquitter des obligations qu'il avait prises à plusieurs reprises au sujet de la protection des habitants du Darfour.

« Je crois vraiment que le gouvernement chinois fera maintenant ce qu'il a dit qu'il ferait, c'est-à-dire tirer parti de ses relations avec le gouvernement soudanais pour le pousser à mettre fin au conflit du Darfour », a-t-elle dit en ajoutant : « Nous avons de très bonnes relations avec la Chine et nous avons eu de bonnes occasions d'œuvrer de concert en ce qui concerne des dossiers difficiles telles que la situation en Corée du Nord et celle en Iran. Je suis donc convaincue que le gouvernement chinois peut agir de façon responsable, et qu'il le fera (...) étant donné ses relations avec Khartoum. »

Les États-Unis aimeraient que la Chine réussisse à convaincre le gouvernement soudanais d'autoriser la présence au Darfour d'une force mixte de maintien de la paix composée des 7.000 soldats de l'Union africaine qui y sont déjà et de quelque 13.000 soldats de l'ONU. Khartoum s'est jusqu'ici opposé à cette proposition. Il est nécessaire, selon Mme Rice, d'avoir sur le terrain des forces de maintien de la paix de sorte que les habitants du Darfour puissent vivre normalement et que les personnes déplacées puissent rentrer dans leurs foyers.

Pour sa part, le secrétaire général de l'ONU, M. Ban Ki-moon, qui a également assisté à la réunion de Paris, a déclaré : « Je pense que le gouvernement chinois joue un rôle constructif au Darfour. Il a envoyé de hauts responsables (...) auprès du gouvernement soudanais pour lui demander de coopérer avec la communauté internationale, en particulier avec l'ONU et avec l'Union africaine. En ce qui me concerne (...) je suis satisfait de ce que le gouvernement chinois fait pour contribuer au règlement de cette question. »

La communauté internationale, a-t-il dit, a attendu trop longtemps, et la population du Darfour a beaucoup trop souffert. « Il est temps d'agir, et c'est particulièrement le cas pour le président Béchir », a-t-il affirmé tout en incitant les groupes de rebelles du Darfour à participer à ce « processus politique ».

Finalement, M. Ban Ki-moon a déclaré à la presse que le conflit du Darfour occupait la première place dans son ordre de priorité et que la réunion de Paris avait été très fructueuse.

(Les articles du "Washington File" sont diffusés par le Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat. Site Internet : http://usinfo.state.gov/francais/)

Par Jim Fisher-Thompson
Rédacteur de l'USINFO