Contact theSOPAbout theSOPSupport theSOPWritersEditorsManaging Editors
theSOP logo
Published:July 31st, 2007 11:12 EST
Les relations entre la Libye et les Etats-Unis progressent

Les relations entre la Libye et les Etats-Unis progressent

By SOP newswire

Washington - Les relations bilatérales entre les Etats-Unis et la Libye se sont tellement améliorées que, pour la première fois depuis 1972, un ambassadeur américain a été nommé auprès de la Libye. En outre, Mme Condoleezza Rice pourrait devenir la première secrétaire d'Etat à s'y rendre depuis le gouvernement du président Eisenhower (1953-1961).

« La Libye a choisi de se débarrasser de ses armes de destruction massive. C'est une décision stratégique de grande importance puisqu'elle pourrait permettre aux sociétés occidentales d'y faire des investissements, ce qui était impossible auparavant », a-t-elle dit le 25 juillet, lors d'un entretien avec Radio Sawa.

Si les entreprises américaines souhaitent vivement s'implanter en Libye, Mme Rice a quant à elle émis le vœu de s'y rendre prochainement.

Les décisions prises par les deux pays, a expliqué le 26 juillet le porte-parole du département d'Etat, M. Sean McCormack, ont placé les relations entre les deux pays sur des voies fondamentalement différentes. Mais, si les tendances qui se font jour continuent à évoluer dans le même sens, a-t-il ajouté, une éventuelle visite de Mme Rice « signalerait certainement des relations tout à fait différentes de celles qui existaient il y a, disons, six ans ».

Certaines questions, telles que l'indemnisation par le gouvernement Libyen des familles des victimes de l'attentat à la bombe contre le vol Pan Am 103 en 1988 et de l'attentat contre la discothèque La Belle à Berlin en 1986, qui a causé la mort de plusieurs militaires américains, n'ont toujours pas été réglées.

« La démocratie, les droits de l'homme et toute une gamme d'autres questions posent encore problème, et, bien sûr, le gouvernement américain tient aussi à ce que le gouvernement libyen assume les responsabilités qu'il a envers nos ressortissants », a dit M. McCormack, précisant cependant qu'il appartenait aux représentants des familles des victimes américaines de négocier leur indemnisation directement avec le gouvernement libyen.

« Ceci dit, si (...) les familles n'ont pas encore été dédommagées lorsque Mme Rice se rendra en Libye, je pense que la secrétaire prônera alors la recherche d'une solution » a-t-il dit.

Le 11 juillet, le président Bush a nommé M. Gene Cretz au poste d'ambassadeur des Etats-Unis auprès de la Libye. Si le Sénat le confirme dans ces fonctions, il deviendra le premier ambassadeur des Etats-Unis auprès de ce pays depuis 1972.

Les échanges académiques et professionnels entre les Etats-Unis et la Libye ont également repris depuis le rétablissement des relations diplomatiques en juin 2004. Après avoir été suspendus pendant presque vingt ans, des programmes tels que celui des boursiers Fulbright et des visiteurs internationaux ont été réactivés.

Outre ces programmes d'échanges auxquels participent aujourd'hui plus de soixante personnes, les Etats-Unis œuvrent de concert avec les institutions libyennes d'enseignement afin de renforcer les capacités d'enseignement de l'anglais en Libye, a précisé M. McCormack.

En ce qui concerne les accords franco-libyens visant à donner un programme nucléaire civil à la Libye, M. McCormack a expliqué que « les Etats-Unis soutiennent l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire en remplacement des hydrocarbures tant qu'il n'y a pas de risque de prolifération ».

« Je tiens à noter que le gouvernement libyen a renoncé de son propre chef à son programme nucléaire, ce qui représente certainement un développement très positif. Et, je pense qu'il nous faut voir quels pourraient être les avantages pour la Libye d'un programme nucléaire pacifique assorti des sauvegardes appropriées », a-t-il déclaré.

(Les articles du "Washington File" sont diffusés par le Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat. Site Internet : http://usinfo.state.gov/francais/)

Par Stephen Kaufman
Rédacteur de l'USINFO