Contact theSOPAbout theSOPSupport theSOPWritersEditorsManaging Editors
theSOP logo
Published:February 12th, 2008 09:27 EST
Les minorit's constituent aujourd'hui un tiers de la population des tats-Unis

Les minorit's constituent aujourd'hui un tiers de la population des tats-Unis

By Leon (Producer) Leon

Washington - Le bureau national du recensement a annoncé en 2006 qu`un tiers environ des habitants des "tats-Unis se réclament aujourd`hui d`ancêtres appartenant à une minorité, une situation qui reflète l`évolution constante d`une identité nationale américaine qui ne se limite pas à des critères ethniques et religieux.

Cette situation soulève aussi d`intéressantes questions. Qui appartient à une minorité, en fait ? Qu`est que le mot « minorité Â» signifiera à l`avenir dans une Amérique habitée par un nombre croissant de personnes qui se décriront comme ce jeune homme qui dit être « un Américain d`origine asiatique qui célèbre Hanukkah avec son beau-père juif, prie le bouddha avec sa mère bouddhiste, va à la messe de minuit avec son père chrétien et attend que le père Noël descende dans la cheminée Â» ?

"tant donné que les Hispaniques, les Noirs, les Asiatiques, les Amérindiens et les indigènes de l`Alaska comptent pour plus des quatre cinquièmes de la récente croissance démographique aux "tats-Unis, l`influence réciproque de ces cultures et des autres présentes aux "tats-Unis continuera à augmenter en vertu d`un processus aussi vieux que la nation elle-même.

Une diversité historique

Les treize colonies anglaises d`Amérique du Nord ont offert un refuge aux dissidents religieux et des débouchés économiques à ceux qui cherchaient à repartir à zéro, un nouveau départ qui n`aurait pas nécessairement été réservé aux seuls sujets de la couronne britannique, mais à ces gens ambitieux, à ces battants qui viendraient de régions différentes d`Europe, et par la suite, des quatre coins du monde pratiquement.

Si le traitement des Amérindiens et des esclaves d`origine africaine dément les idéaux de tolérance et de liberté des Américains, il n`en demeure pas moins que ces derniers ont tout au long de leur histoire accueilli de grands nombres d`immigrants d`origines diverses et les ont traités comme tout autre Américain.

Deux ans avant d`être élu à la présidence, en 1858, Abraham Lincoln avait fait remarquer qu`une bonne moitié des habitants des "tats-Unis de l`époque étaient soit des immigrants, soit des descendants de ceux qui étaient arrivés aux "tats-Unis après que le pays eut obtenu son indépencance. Ces Américains, selon lui, étaient « nos égaux à tous les égards (...) et ils avaient le droit de s`en réclamer, tout comme s`ils avaient été le sang du sang et la chair de la chair des hommes qui avaient rédigé la Déclaration d`indépendance Â».

C`est aux minorités qu`on doit la croissance du XXIe siècle

Tout comme au temps du président Lincoln, les immigrés et leurs descendants jouent un rôle dans la croissance démographique et le dynamisme économique du pays tout en enrichissant sa mosaïque culturelle.

Selon le bureau du recensement, près de la moitié de la croissance démographique enregistrée aux "tats-Unis entre le 1er juillet 2004 et le 1er juillet 2005 est imputable aux hispaniques, dont la population a augmenté de 1,3 million (3,3 %) pendant cette période. La croissance démographique naturelle se chiffre à 800.000 personnes et la croissance due à l`immigration à 500.000.

Durant cette période, la population d`Américains d`origine asiatique a augmenté de 421.000 personnes (3 %), et celles des Noirs, des Amérindiens, des indigènes d`Alaska, d`Hawaï, et des îles du Pacifique ont également augmenté.

Le bureau du recensement dénombrait 296,4 millions d`habitants aux "tats-Unis en juillet 2005, dont 42,7 millions d`hispaniques, et 39,7 millions de Noirs en tout, y compris la population d`Afro-Américains, la population d`Africains récemment arrivés et celle de Noirs d`origine antillaise. Il a dénombré 14,4 millions d`habitants d`origine asiatique, 4,5 millions d`Amérindiens et d`indigènes de l`Alaska et près d`un million d`indigènes d`Hawaï et des îles du Pacifique.

« Ces chiffres obtenus au milieu de la période de dix ans séparant les grands recensements officiels, sont une preuve supplémentaire de la diversité croissante de la population de notre nation Â», a déclaré le directeur du bureau du recensement, M. Louis Kincannon.

L`âge moyen des minorités étant inférieur à la moyenne nationale, on s`attend à ce qu`elle joue un rôle dans la poursuite de la croissance économique du pays et aide à garantir la vitalité des programmes publics de bienfaisance ciblant les Américains plus âgés.

Un article paru en mai 2006 dans le quotidien « The Washington Post Â» indiquait que près de la moitié des enfants des "tats-Unis âgés de moins de cinq ans appartenait à une minorité raciale ou ethnique.

Parallèlement à la croissance des minorités aux "tats-Unis, le nombre des entreprises dont les propriétaires sont issus des minorités a aussi fortement augmenté. Et tandis que ces nouveaux entrepreneurs s`efforcent de répondre aux besoins de leurs communautés, ils renforcent aussi l`influence qu`ont les minorités sur la vie des "tats-Unis.

À l`avenir, tous les Américains appartiendront-ils à une minorité ?

Les générations futures d`Américains pourraient considérer l`idée même de « groupes minoritaires Â» comme une notion dépassée. Le nombre de mariages interraciaux étant élevé, le visage de l`Américain du futur pourrait ressembler à celui de personnalités bien connues issues d`un mariage mixte, telles que le golfeur Tiger Woods, l`acteur Keanu Reeves, ou la chanteuse-compositrice Norah Jones. Ainsi que l`écrit Gregory Rodriguez, chargé de recherche à la « New America Foundation Â», « chaque génération étant plus mélangée au plan racial et ethnique que celle qui l`a précédée, qu`est-ce que le mot « race Â» peut bien signifier désormais ? Â»

Le quotidien californien « Orange County Register Â» fait état de l`importance croissante des Américains « hapa Â», un mot qui est dérivé du terme hawaïen « hapa haole Â», ou « moitié blanc Â» qu`ont adopté les Américains ayant du sang asiatique ou les Asiatiques ayant des ancêtres d`autres races.

Le nombre des « hapa Â» a beaucoup augmenté et ces derniers constituent désormais le sous-groupe le plus important, après les habitants ayant des origines chinoises, parmi les Américains ayant des ancêtres d`origines asiatique ou indigène des îles du Pacifique. Ils regroupent un vaste éventail d`identités. Les premiers immigrants sikhs de Californie se sont souvent mariés avec des Américaines d`origine mexicaine. Les Américains d`origine japonaise de la deuxième et troisième générations ont été nombreux à faire des mariages mixtes.

À l`université Cornell, l`organisation des étudiants « hapa Â» a décidé que le terme « ascendance asiatique mélangée Â» était trop restrictif et a élargi ses critères d`adhésion à « toutes les personnes de sang mélangé et non mélangé Â», les étudiants faisant valoir que « les hapa n`étaient pas un groupe séparé, mais qu`ils faisaient partie de la trame de toute communauté ethnique Â».

Pour la première fois, le recensement de 2000 donnait la possibilité aux Américains de s`identifier comme étant de race ou d`ethnicité « mixte Â». Cela n`a pas suffi à Sean Lennon, fils du musicien anglais John Lennon et de l`Américaine d`origine japonaise Yoko Ono. Personnellement, il est fier d`avoir adopté l`identité « hapa Â», et a écrit : « Je ne demande pas qu`on établisse un « mois de l`histoire hapa Â», mais pourquoi pas un weekend ? 

SOURCE:  DoS