Contact theSOPAbout theSOPSupport theSOPWritersEditorsManaging Editors
theSOP logo
Published:February 25th, 2008 04:42 EST
M. Bush fait part de sa volonte de renforcer le soutien des e.-U. au Liberia

M. Bush fait part de sa volonte de renforcer le soutien des e.-U. au Liberia

By SOP newswire

Monrovia (Libéria) - Lors du dernier arrêt de sa tournée dans cinq pays d`Afrique subsaharienne, le président George Bush a donné l`assurance aux Libériens que les "tats-Unis se tenaient à leurs côtés et qu`ils voulaient les aider à se remettre de la longue période de guerre civile qu`ils venaient de connaître. Il a également annoncé son intention de fournir 1 million de livres à des écoles libériennes, ainsi que des bureaux et des sièges fabriqués au Libéria pour 10.000 écoliers.

Lors du discours qu`il a prononcé le 21 février au Centre de formation Barclay de Monrovia, M. Bush a déclaré : « Le peuple des "tats-Unis se tiendra à vos côtés alors que vous reconstruisez votre pays. Â» Ce centre de formation appartient aux forces armées libériennes, et le président Bush y a passé en revue des troupes libériennes.

(Les "tats-Unis ""uvrent de concert avec le Libéria pour restructurer ses forces de sécurité et pour les rendre plus professionnelles. Depuis la fin de la guerre civile, les "tats-Unis aident le Libéria à revitaliser son économie, à renforcer la bonne gouvernance et l`"tat de droit et à fournir les services de base. Leur aide bilatérale directe a atteint jusqu`ici plus de 750 millions de dollars. Les "tats-Unis financent aussi un quart du coût de l`opération de maintien de la paix de l`ONU dans ce pays.)

M. Bush a félicité les Libériens d`avoir fait des progrès grâce à la « volonté de fer Â» de leur présidente, Mme Ellen Johnson Sirleaf, qui était la première femme à avoir été élue librement à la présidence d`un pays africain et qui avait établi de nouvelles relations entre son pays et les "tats-Unis. Il a aussi remercié les Libériens pour leur « courage, leur ténacité et leur confiance durable dans le pouvoir de la liberté Â».

Vu cette détermination, il ne fait pas de doute selon lui que « le Libéria deviendra un modèle de liberté pour l`Afrique et le reste du monde Â».

Les Américains et les Libériens ""uvrent de concert afin de lutter contre le fléau que constituent des maladies telles que le paludisme et le sida, d`alléger l`endettement du Libéria et de scolariser les jeunes Libériens. En outre, les "tats-Unis contribuent, avec d`autres, à « mettre en place des forces armées qui seront une source de sécurité pour la population libérienne au lieu d`être une source de terreur Â».

De son côté, la présidente Johnson Sirleaf a remercié les "tats-Unis pour le maintien de leur aide économique et technique dans plusieurs domaines (réseau routier, électrification, santé, enseignement et aménagement rural) et pour des initiatives ayant trait à la lutte contre le sida (PEPFAR), à l`allégement de la dette et à l`enseignement.

Elle a déclaré que la venue d`une délégation des "tats-Unis dirigée par Mme Laura Bush à la cérémonie de son entrée en fonctions il y a deux ans avait été un très grand honneur pour elle. « Cette manifestation de soutien, a-t-elle dit, a contribué fortement à signaler au monde que nos relations bilatérales avaient repris. Le Libéria est prêt à avoir des relations commerciales avec les "tats-Unis et le reste du monde. Â»

Mme Johnson Sirleaf a affirmé que son pays mettrait l`accent sur les échanges commerciaux et non pas sur l`aide pour stimuler sa croissance économique et qu`elle considérait le secteur privé comme l`élément essentiel à l`expansion de son économie.

Quelque temps auparavant, le président Bush avait déclaré à la présidente Johnson Sirleaf, dans les locaux du ministère des affaires étrangères : « Nous tenons à vous aider à vous remettre de cette période terrible et d`avoir une vie empreinte d`espoir et de paix. Â» Ce redressement est maintenant déjà bien entamé sous la direction de Mme Johnson Sirleaf, a-t-il fait remarquer.

M. Bush est le premier président des "tats-Unis à s`être rendu au Libéria depuis le président Jimmy Carter il y a trentaine d`années.

Outre ses entretiens avec la présidente Johnson Sirleaf, le président Bush a assisté à un déjeuner donné en son honneur au palais présidentiel et participé ensuite à une table ronde sur la formation des enseignants à l`université du Libéria, qui est la seule université publique du pays.

Le président a quitté jeudi soir le Libéria pour Washington, mettant ainsi un terme à son voyage en Afrique subsaharienne qui l`avait amené au Bénin, en Tanzanie, au Rwanda, au Ghana et au Libéria.

(Les articles du "Washington File" sont diffusés par le Bureau des programmes d`information internationale du département d`Etat. Site Internet : http://usinfo.state.gov/francais/)

Par Charles W. Corey
Rédacteur