Contact theSOPAbout theSOPSupport theSOPWritersEditorsManaging Editors
theSOP logo
Published:March 2nd, 2008 12:26 EST
L'Orchestre philharmonique de New York s'est produit en Corée du Nord

L'Orchestre philharmonique de New York s'est produit en Corée du Nord

By SOP newswire

Washington - La musique était de Gershwin, de Dvorak et de Wagner; les hymnes nationaux étaient nord-coréen et américain; et le concert était placé sous le thème des valeurs musicales communes. L'orchestre a joué aussi bien des chansons populaires coréennes que des morceaux très connus de la musique classique de façon à évoquer la cordialité et l'amitié, même entre étrangers.

À la fin du concert, les musiciens ont été ovationnés pendant cinq minutes par le public du Grand Théâtre de Pyongyang Est. Personne ne semblait vouloir que ce soit fini.

Le directeur musical de l'Orchestre philharmonique, M. Lorin Maazel, a déclaré aux journalistes que ce concert avait été bien au-delà de ce qu'il attendait. « Nous avons commencé à jouer, et nous avons senti la chaleur du public », a-t-il dit.

Le concert a débuté par l'hymne national nord-coréen, suivi de l'hymne américain. Les musiciens ont ensuite attaqué le Prélude à l'acte III de l'opéra romantique Lohengrin de Richard Wagner. Ils sont ensuite passés à la Symphonie du Nouveau Monde d'Antonin Dvorak, qui avait été commandée et jouée pour la première fois en 1893 par l'Orchestre philharmonique de New York.

M. Maazel et ses musiciens ont ensuite joué Un Américain à Paris de George Gershwin, puis Arirang, une chanson populaire nord-coréenne, afin d'établir une relation musicale entre les musiciens et les auditeurs.

« Nous avons pensé que peut-être nous accomplissions une mission en jouant et que nous contribuions à ouvrir une petite porte (…). Nous serons très fiers si plus tard ce concert est considéré comme un événement historique », a dit M. Maazel

Ce n'était pas la première fois que l'Orchestre philharmonique de New York se produisait dans un pays communiste. Il a en effet joué en Union soviétique en 1959, à une époque où la culture était un atout efficace de la diplomatie.

Le concert de Pyongyang du 26 février, une première pour un orchestre américain, a été diffusé dans le monde entier, y compris en direct sur la chaîne nationale de télévision nord-coréenne et à la radio. On estime que 200 millions de personnes l'ont écouté.

(Les articles du "Washington File" sont diffusés par le Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat. Site Internet : http://usinfo.state.gov/francais/)

Par Merle Kellerhals
Rédacteur