Contact theSOPAbout theSOPSupport theSOPWritersEditorsManaging Editors
theSOP logo
Published:May 4th, 2009 20:31 EST
Des petrodollars aux cotes de la HAT

Des petrodollars aux cotes de la HAT

By SOP newswire2

Les pétrodollars frappent à nos portes. Une délégation annoncée comme celle d`investisseurs saoudiens a débarqué et affirmé vouloir apporter de l`argent frais dans plusieurs secteurs économiques. Sa venue pourrait également avoir des répercussions politiques au moment où la communauté internationale traîne des pieds pour reconnaître le régime transitoire.

« Nous sommes venus investir dans un cadre général, notamment dans l`hôtellerie et la communication », a déclaré le Sheikh Nasser Abdullah Al Mushaeghay, présenté comme le président de l`Union des investisseurs saoudiens samedi à Ivato. « Le volume des investissements s`élève à deux milliards de dollars », a-t-il continué.

Arrivée à bord d`un vol régulier de Kenya Airways, la délégation composée de trois personnalités a été accueillie par Ny Hasina Andriamanjato, chef de la diplomatie malgache.

 

 Outre le Sheikh Nasser Abdullah Al Mushaeghay, le vice-président de l`Union des investisseurs saoudiens, Najee Khaleel, et le directeur général de la société Click, Ayman Soliman, sont à Madagascar pour un séjour de cinq jours dans le but de « faire des prospections d`investissements », toujours selon le communiqué.

Outre l`hôtellerie et la communication, d`autres secteurs seront également étudiés par la délégation. Ses discussions avec le gouvernement touchera également les secteurs des télécommunications, de l`électricité, du ciment et surtout de l`énergie.
En cas de concrétisation, les projets saoudiens pourraient apporter de l`air frais à une économie qui se cherche après avoir subi de plein fouet la crise politique. « Nos investissements permettront de créer des emplois », a affirmé le chef de la délégation, sans parler de l`apport en devises, devenues cruciales ces dernières semaines.

La venue de la délégation économique pourrait également dépasser le seul cadre économique. « Nous avons entendu qu`il s`agit d`un bon gouvernement et nous allons travailler avec lui. Nous avons constaté que la Haute autorité de la transition (HAT) a de bonnes intentions et de bonnes idées. Nous sommes venus lui apporter notre appui », a insisté le Sheikh Nasser Abdullah Al Mushaeghay, au moment où la communauté internationale traîne des pieds pour reconnaître le régime transitoire.

La présence d`une mission économique saoudienne pourrait être interprétée comme un reflet du choix politique de la HAT. Le communiqué du ministère des Affaires étrangères a expliqué qu`elle fait suite à une invitation des autorités de la Transition. De plus, cette délégation est annoncée comme étant le précurseur d`autres missions. « Cette première visite sera suivie dans les prochaines semaines par celle d`autres délégations d`Arabie Saoudite, du Qatar, du Bahreïn et du Koweït », toujours selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères.
Ny Hasina Andriamanjato se frotte les mains en commentant sa venue.

« C`est important », a-t-il indiqué. Il s`empresse de préciser que la venue de la délégation s`explique par la « constatation de l`existence de garanties ».

Ce n`est pas la première fois que des investisseurs arabes ont projeté d`investir à Madagascar. Pas plus tard que la semaine dernière, une délégation en provenance des Émirats arabes unis, conduite par leur ministre des Affaires étrangères, a prévu une visite à Madagascar. Mais pour l`instant, elle n`est toujours pas arrivée.

 

En juin 2006, un prince saoudien est également venu pour rencontrer Charles Rabemananjara et Marcel Ranjeva, respectivement Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de l`époque. Le gouvernement avait annoncé un projet d`investissement énorme, mais apparemment cela est resté au stade des intentions.



Source EXPRESS MADAGASCAR