Contact theSOPAbout theSOPSupport theSOPWritersEditorsManaging Editors
theSOP logo
Published:June 8th, 2006 07:25 EST
The Defence Planning Committee and Nuclear Planning Group met in Ministerial Session on 8 June 2006.

The Defence Planning Committee and Nuclear Planning Group met in Ministerial Session on 8 June 2006.

By SOP newswire

MINISTERIAL MEETING OF THE DEFENCE PLANNING COMMITTEE

AND THE NUCLEAR PLANNING GROUP

HELD IN BRUSSELS ON THURSDAY, 8 JUNE 2006

FINAL COMMUNIQUE 

 

1.         The Defence Planning Committee and Nuclear Planning Group met in Ministerial Session on 8 June 2006.

 

2.         As we look forward to the Riga Summit, we re‑affirmed our determination to employ the disciplines of defence planning to help ensure that the Alliance and our national forces continue to pursue transformation with the aim of further developing the capabilities needed to deal with the challenges we will face in the future.  Against this background, and based on the agreed Comprehensive Political Guidance which sets out the priorities for NATO’s continuing transformation, we approved a new Ministerial Guidance to provide a framework for Alliance and nations’ defence planning for the next decade.

 

3.         This guidance examined the capabilities and forces needed to support the full range of missions that Alliance forces are likely to be called on to undertake and reaffirms our commitment to collective defence.  In the new security environment, taking particular account of the risks arising from terrorism and the need to be able to deploy forces over long distances and operate in austere conditions, we recognise a need for a shift in emphasis towards an ability to conduct a greater number of smaller, but demanding and different, operations than we had planned for in the past.  In doing so, we shall also retain our ability to carry out larger operations, including high intensity operations.

 

4.         The new security environment also calls for the ability and flexibility to conduct operations in circumstances where the efforts of several authorities, institutions and nations need to be coordinated to achieve the desired results and to carry out, among others, stabilisation operations and provide military support to reconstruction efforts.  The Alliance and our nations need to improve their abilities in these and other areas.  We shall work to adapt our forces to make them increasingly usable.  Recognising that this will constitute a considerable challenge, we shall also work to ensure that sufficient resources are provided to meet the needs of transformation and that those resources are used effectively.

 

5.         We also adopted updates of the force goals that we approved at Istanbul in 2004.  We look forward to the development of a comprehensive package of new force goals, based on our Ministerial Guidance, in 2008.

 

6.         At our Nuclear Planning Group meeting, we reviewed the status of NATO’s nuclear forces and other related issues and activities.  We re-affirmed that the fundamental purpose of the nuclear forces of the Allies is political: to preserve peace and prevent coercion and any kind of war.  In keeping with this goal, we continue to place great value on the nuclear forces based in Europe and committed to NATO, which provide an essential political and military link between the European and North American members of the Alliance.  We recalled that NATO’s nuclear forces are maintained at the minimum level sufficient to preserve peace and stability.  We noted with appreciation the continuing contribution made by the United Kingdom’s independent nuclear forces to deterrence and the overall security of the Allies, and reaffirmed the value of this capability.  The dangers inherent in the growing risk of nuclear proliferation underscore the importance of NATO maintaining a credible and flexible deterrent posture.

 

7.           In this regard, we note that deterrence and defence, along with arms control and non-proliferation, will continue to play a major role in the achievement of the Alliance’s security objectives.  We reaffirmed our full commitment to the Nuclear Non-Proliferation Treaty as the cornerstone of global nuclear non-proliferation efforts and an essential basis for the pursuit of nuclear disarmament.  In this context, we expressed serious concern over the possible consequences for security and stability, resulting from instances of non-compliance with the Treaty.  We call again on all countries to abide by their commitments in this domain.

 

8.         We noted the importance of NATO’s relationship with Russia on nuclear weapons issues and look forward to further consultation and cooperation under the auspices of the NATO-Russia Council.

 

 

 

RÉUNION DU COMITÉ DES PLANS DE DÉFENSE

ET DU GROUPE DES PLANS NUCLÉAIRES EN SESSION MINISTÉRIELLE

TENUE À BRUXELLES LE JEUDI 8 JUIN 2006

 

COMMUNIQUÉ FINAL

 

 

1.         Le Comité des plans de défense et le Groupe des plans nucléaires se sont réunis en session ministérielle le 8 juin 2006.

 

2.         Dans la perspective du Sommet de Riga, nous avons réaffirmé notre détermination à utiliser les disciplines de planification de la défense afin d’aider l’Alliance et les forces de nos pays à poursuivre la transformation en vue de développer encore les capacités qui nous permettront de relever les défis auxquels nous serons confrontés à l’avenir. Dans ce contexte, et sur la base de la Directive politique globale agréée, qui définit les priorités pour la poursuite de la transformation de l’OTAN, nous avons approuvé une nouvelle Directive ministérielle destinée à fournir un cadre pour l’établissement des plans de défense de l’Alliance et des pays au cours des dix prochaines années.

 

3.         Cette directive comporte un examen des capacités et des forces nécessaires pour assumer toute la gamme des missions que les forces de l’Alliance seront probablement appelées à entreprendre, et réaffirme notre attachement à la défense collective. Dans le nouvel environnement de sécurité, compte tenu en particulier des risques liés au terrorisme et de la nécessité de pouvoir déployer des forces sur de grandes distances et opérer dans des conditions rigoureuses, nous constatons qu’il faudra dorénavant mettre l’accent sur l’aptitude à mener davantage d’opérations de moindre ampleur, mais exigeantes et de nature diverse, que nous n’en prévoyions par le passé. Nous n’en conserverons pas moins notre aptitude à mener des opérations de plus grande envergure, y compris des opérations de forte intensité.

 

4.         Il faut également, dans le nouvel environnement de sécurité, avoir la capacité et la souplesse voulues pour mener des opérations dans des circonstances où il est nécessaire de coordonner les efforts de plusieurs autorités, institutions ou pays afin de parvenir aux résultats souhaités, et aussi d'entreprendre, entre autres, des opérations de stabilisation et d’apporter un soutien militaire aux efforts de reconstruction. Nos pays et l'Alliance dans son ensemble doivent améliorer leurs capacités dans ces domaines comme dans d'autres. Nous nous attacherons à adapter nos forces de manière à accroître leur employabilité. Conscients qu’il s’agira là d’une entreprise ardue, nous nous efforcerons également de faire en sorte que des ressources suffisantes soient mises à disposition pour répondre aux besoins de la transformation, et que ces ressources soient utilisées de manière efficace.

 

5.         Nous avons aussi adopté la mise à jour des objectifs de forces que nous avions approuvés à Istanbul en 2004. Nous attendons avec intérêt l’élaboration en 2008 d’un ensemble complet de nouveaux objectifs de forces, qui seront définis en fonction de la Directive ministérielle.

 

6.         À notre réunion en tant que Groupe des plans nucléaires, nous avons examiné la situation des forces nucléaires de l'OTAN, ainsi que d'autres questions et activités connexes. Nous avons réaffirmé que l'objectif fondamental des forces nucléaires des Alliés est de nature politique : il s’agit de préserver la paix et de prévenir la coercition ainsi que toute forme de guerre. Dans cet esprit, nous continuons d'accorder une grande valeur aux forces nucléaires basées en Europe et destinées à l'OTAN, qui constituent un lien politique et militaire essentiel entre les membres européens et nord‑américains de l'Alliance. Nous avons rappelé que les forces nucléaires de l’OTAN sont maintenues au niveau minimum suffisant à préserver la paix et la stabilité. Nous avons pris note avec satisfaction de la contribution que les forces nucléaires indépendantes du Royaume‑Uni continuent d’apporter à la dissuasion ainsi qu’à la sécurité globale des Alliés, et nous avons réaffirmé la valeur de cette capacité. Les dangers inhérents au risque croissant de prolifération nucléaire confirment l’importance que revêt le maintien par l’OTAN d’un dispositif de dissuasion crédible et flexible.

 

7.           À cet égard, nous notons que la dissuasion et la défense, au même titre que la maîtrise des armements et la non‑prolifération, continueront de jouer un rôle majeur dans la réalisation des objectifs de sécurité de l'Alliance. Nous avons réaffirmé notre attachement sans réserve au Traité sur la non‑prolifération des armes nucléaires, pierre angulaire des efforts menés dans ce domaine à l’échelle mondiale et fondement essentiel de la poursuite du désarmement nucléaire. Dans ce contexte, nous avons exprimé notre profonde préoccupation quant aux conséquences que pourraient avoir, pour la sécurité et la stabilité, les cas de non‑respect du Traité. Nous appelons de nouveau tous les pays à respecter leurs engagements en la matière.

 

8.         Nous avons pris note de l'importance de la relation qu'entretient l’OTAN avec la Russie s'agissant des questions liées aux armes nucléaires, et nous nous réjouissons à la perspective de poursuivre les consultations et la coopération sous les auspices du Conseil OTAN‑Russie.