Contact theSOPAbout theSOPSupport theSOPWritersEditorsManaging Editors
theSOP logo
Published:January 20th, 2008 07:22 EST
L'aide des .-U. au Soudan

L'aide des .-U. au Soudan

By Leon (Producer)

Le 17 janvier 2008, le président Bush s`est entretenu avec M. Rich Williamson, envoyé spécial pour le Soudan et, à l`issue de ces entretiens, le bureau de la secrétaire de presse à la Maison-Blanche a publié le texte des propos de M. Bush.

(Début du texte)

La Maison-Blanche

Bureau de la secrétaire de presse

17 janvier 2008

Propos de M. Bush à l`issue de ses entretiens avec M. Rich Williamson, envoyé spécial de la Maison-Blanche pour le Soudan

M. Bush - Je viens de longuement m`entretenir avec Madame la secrétaire d`"tat et avec Monsieur Rich Williamson, l`envoyé spécial pour le Soudan et membre de mon équipe chargée de la sécurité nationale.

Nous avons évoqué notre engagement commun et l`attachement de notre gouvernement à atténuer les souffrances de la population soudanaise qui, comme vous le savez, fait l`objet de privations et de viols. Mon gouvernement a qualifié ces faits de « génocide Â». Une fois cette qualification adoptée, il est évident qu`il faut prendre des mesures.

Nos discussions ont tourné autour de notre désir commun de mettre sur pied une stratégie qui aidera l`Organisation des Nations unies à être plus efficace. L`ONU considère que la question du Darfour est extrêmement importante et l`a placée à son ordre du jour. Nous sommes d`accord. Les "tats-Unis peuvent apporter leur aide à un processus qui, franchement, progresse un peu trop lentement à notre goût. Nous pouvons aider.

Peut-être l`Amérique se demande-elle pourquoi nous nous intéressons à cette question particulière. L`une des raisons pour lesquelles nous nous préoccupons des souffrances au Soudan, c`est parce que nous nous inquiétons de la condition humaine partout dans le monde. Nous comprenons aussi très bien qu`il est dans notre intérêt d`apporter notre aide lorsque les gens souffrent. Nous comprenons également que lorsqu`elles souffrent, certaines personnes peuvent se tourner vers l`idéologie de ceux pour qui le meurtre est une arme. Il est donc dans l`intérêt de notre sécurité nationale, d`écouter la voix de notre conscience et de faire face à ce que nous avons appelé un « génocide Â». Je tiens à vous remercier pour vous attaquer à ce problème.

M. Williamson - Merci, Monsieur le Président.

M. Bush - Cela me tient beaucoup à c""ur et vous avez mon plein appui.

M. Williamson - Je vous en suis reconnaissant - Merci, Monsieur le Président.

(Fin du texte)

(Diffusé par le Bureau des programmes d`information internationale du département d`Etat. Site Internet : http://usinfo.state.gov/francais/)